Envoyer cette page à un(e) ami(e) 


                  
                        
                                                 
TRAVAIL.    

« S’il était possible, grâce à la machine, de soulager l’homme de tout travail pénible et de lui assurer un loisir perpétuel, alors tous les dégâts que le progrès des machines a pu causer par ruines, révolutions et guerres deviendraient insignifiants au regard de ce fléau définitif : une humanité privé de tout travail corporel.

A dire vrai, l’homme a besoin du travail plus encore que du salaire. 

Ceux qui veulent le bien des travailleurs devraient se soucier moins de leur obtenir un bon salaire, de bons congés, de bonnes retraites, qu’un bon travail qui est le premier de tous les biens. 

Car le but du travail n’est pas tant de faire des objets que de faire des hommes. 
L’homme se fait en faisant quelque chose . 

Le travail établit un contact direct avec la matière et lui en assure une connaissance précise, il imprime à la matière la forme de l’homme et s’offre à lui comme un mode d’expression ; il concentre l’attention et les forces sur un point ou au moins sur une ligne continue ; il bride les passions en fortifiant le vouloir. 
Le travail, le travail corporel, constitue pour les neuf dixièmes des hommes leur seule chance de manifester leur valeur en ce monde.

Mais pour que le travail même, et non le payement seul profite à l’homme, il faut que ce soit un travail humain, un travail où l’homme entier soit engagé : son corps, son cœur, son intellect, son goût.

L’artisan qui façonne un objet, le polit, le décore, le vend, l’approprie aux désirs de celui à qui il le destine, accomplit un travail humain. 
Le paysan, qui donne vie aux champs et fait prospérer le bétail par une œuvre accordée aux saisons, mène à bien une tache d’homme libre. 
Tandis que l’ouvrier enchaîné au travail à la chaîne, qui de seconde en seconde répète le même geste à la vitesse dictée par la machine, s’émiette en un travail sans but pour lui, sans fin, sans goût ni sens. 

Le temps qu’il y passe est temps perdu, vendu ; il vend non son œuvre, mais le temps de sa vie. 
Il vend ce qu’un homme libre ne vend pas : sa vie . 

C’est un esclave. Il ne s’agit pas d’adoucir le sort du prolétaire afin de le lui faire accepter, il s’agit de supprimer le prolétariat comme on a supprimé l’esclavage, puisque de fait le prolétariat, c’est l’esclavage.

Quant aux peuples entiers voués à l’oisiveté, que fera-t-on d’eux, que feront-ils d’eux mêmes ?

L’état, répondent ces gens-là ( si vous ne savez pas ce que c’est que l’état, je vous dirai : c’est la Providence Mécanisée ), l’état qui aura résolu le problème du travail par l’industrialisation intégrale n’aura plus qu’à résoudre le problème des loisirs et de l’éducation. Il réglera jeux et spectacles et distribuera la science à tous. 

Mais les plaisirs des hommes sans travail ont toujours été l’ivrognerie et la débauche. 
L’état aura beau leur proposer des plaisirs éducatifs, ils préféreront l’ivrognerie et la débauche. 

Les jeux devront donc prendre un caractère obligatoire et cesseront du coup d’être des jeux pour devenir des disciplines et des corvées, des falsifications du travail d’où rien de bon ne saurait résulter. 
Mieux eut valu régler le travail...

Mais il est un plaisir plus cher à l’homme sans travail, plus cher que l’ivrognerie et la débauche, celui de crier : « A bas » et de mettre le feu partout.

Ce jeu-là ne tardera pas à remplacer tous les autres au Paradis Mécanisé. »

LANZA DEL VASTO, Le pèlerinage aux sources (1943). 

Free Warriors le 27 Octobre 2004.


                                                                                        
Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Textes précédents :
Carton rouge à la direction de la FSU !
  35 heures : Tous otages ? 
La vérité sur les 35 heures
2005 La Palme d'or au Chi !
L'air du temps !

Tous intérimaires !

Bonne année 2004 !
Les aventures de Total Kouchner en Birmanie...  

Au plaisir des amis

Écoutez gronder les étudiants...

Gros risques de dumping social... 
Pourquoi aucun Cancun ne doit réussir. 

L'altermondialisme en marche
Place à la droite dure
Explication de texte...
Non c'est non !

F.Chérèque et le non négociable.
 
 
Retraites : Tripatouillage social !

Changement de règles
Le voleur de Bagdad
Destruction active

Les fonctionnaires en 1ère ligne !

Bonne Année !
Les chemins du Moyen Âge.
Les symptômes ou les causes ?
Cadeaux Obscurs

Le Temps des Cerises

Le 1er tour de la manipulation.

L'esprit des lois

Réveil tardif et désagréable

Le principe de l'illusion

Économie et Morale.

Le Boycott Jusqu'où ?

S'unir ou périr

Front uni

Égalité

Apprentissages

Mes Valeurs

Désirs